Jazz à Juan 2017

57e Jazz à Juan
Du 15 au 23 juillet 2017 - Pinède Gould - Juan-les-Pins

«Jazz à Juan» ou la diversité des genres et des programmations, mais aussi des musiciens,
débutants devenus célèbres, iconoclastes innovateurs, classiques et modernes de la grande famille du jazz…
Aucun autre festival n’a fait plus pour la reconnaissance des musiques métissées et improvisées du monde entier.

 

« Qui sait où commence et finit le jazz ? », faisait déjà remarquer Duke Ellington. Swing, be-bop ou post-bop, gospel ou roots, New Orleans, swing, blues, latin, bossa, soul, funk ou rock, nu, acid, trip hop ; africain, européen, asiatique ou américain... Jazz à Juan, depuis 1960, c’est l’extension dudomaine du choix !

Plus que jamais en effet, le jazz s’enrichit de la florissante transmutation des courants qui l’ont parcouru depuis sa naissance. C’est à ce perpétuel devenir que vous invite, cette année encore, le
pimpant doyen des festivals de jazz européens, à jamais évolutionniste, puisqu’optimiste, intuitionniste, anticonformiste, avant-gardiste, universaliste, synergiste, culturaliste, environnementaliste, humaniste, intimiste, moderniste, mutationniste, mutualiste, progressiste et rétro-futuriste.

Tout comme l’amour, le jazz ne meurt pas, il se renouvelle, renouvelle les souvenirs qui s'épuisent trop vite et les conjugue au présent. Cette année encore, Jazz à Juan reste à l’écoute de
cette perpétuelle renaissance, en accueillant une fois encore des artistes qui, tous, témoignent de l’extraordinaire vitalité d’une musique qui se transfuse et infuse dans tous les genres, redessine lignes et contours, synthétise à merveille enthousiasmes et contradictions du monde qui nous entoure.

Tant il est vrai que l’épopée du jazz s’articule autour de valeurs fondamentales et humanistes universelles qui sont gages de son avenir. Comme le disait Frank Zappa : « Jazz is not dead. It just smells funny »!

**********************************************

En raison des commémorations de l'attentat du 14 juillet à Nice, le concert d'ouverture du 57e « Jazz à Juan », prévu le 14 juillet est reporté au 15 juillet. 
Les personnes détentrices d'un billet pour cette soirée du 14 juillet pourront accéder au concert le 15 juillet, affichant sensiblement la même programmation, sur présentation de celui-ci,

Par ailleurs, et pour les mêmes raisons, le feu d'artifice du 14 juillet en baie de Juan-les-Pins est également reporté au 15 juillet à 22h30.
Parallèlement, la soirée "Best Of du Off", le 15 juillet, est maintenue dans les rues d'Antibes et de Juan.

**********************************************

Programme d'un coup d'oeil 

15/07

  • Eli Degibri Quartet
  • Ludovic Beier Trio / G. Roubichou...
  • French Quarter
  • Soirée ville d’Antibes Juan-les-Pins : sur invitation

  • Best of du Off Jazz acoustique dans les rues entre 19h30 et 22h30

16/07

  • Johnny Gallagher & the Boxtie band
  • J.L. Ponty / B. Lagrène / K. Eastwood
  • Buddy Guy

17/07

  • Luke Elliott
  • TAJMO: Taj Mahal & Keb’ Mo’ Band
  • Tom Jones

18/07**

  • Wayne Shorter Quartet
  • Branford Marsalis / Kurt Elling


19/07

  • Macy Gray
  • Gregory Porter

20/07

  • Hiromi / Edmar Castañeda
  • Sting

21/07**

  • Shabaka & the Ancestors
  • Robert Glasper Experiment
  • Archie Shepp

22/07

  • Kandace Springs
  • Anoushka Shankar
  • Jamie Cullum

23/07

  • Blind Boys of Alabama
  • Soirée ville d’Antibes Juan-les-Pins : entrée libre

 

*********************************************************

PROGRAMME DÉTAILLE


Samedi 15 juillet - 20:30
ELI DEGIBRI QUARTET
Avec un sens du phrasé incroyable, le saxophoniste israélien Eli Degibri a très vite forcé l’admiration des plus grands. Découvert à dix-neuf ans par Herbie Hancock, qui le sollicite pour rejoindre son sextet, Eli Degibri fait pendant plus de deux ans le tour du monde au sein de cette formation.
Après avoir fréquenté des personnalités parmi les plus importantes de la scène new-yorkaise, Eli Degibri se voue désormais à sa carrière de compositeur, leader et mentor. A la tête d’un brillant quartet composé des jeunes et talentueux Gadi Lehavi, Eviatar Slivnik et Or Bareket, le saxophoniste revient avec le répertoire de son nouvel album Cliff Hangin’. Ambassadeur à Juan du « Red Sea Jazz Festival » d’Eilat Degibri n’a pas renoncé à s’offrir ce frisson ni à nous le transmettre.

Soirée ville d'Antibes. Entrée sur invitations.

LUDOVIC BEIER TRIO FEAT. GAUTHIER ROUBICHOU & LES FAISEURS DE SON
Parlant de l’accordéon, il aime soutenir que c’est un instrument sur lequel il y a tout à inventer.
Assurément, Ludovic Beier est de ceux qui relèvent le défi avec brio, ouvrant largement son horizon musical. Arrangeur, compositeur, ingénieur du son confirmé, reconnu dans le monde pour ses expériences scéniques et ses rencontres prestigieuses, il se produit régulièrement aux Etats-Unis depuis près d’une décennie.

En 2016, sa rencontre avec Gauthier Roubichou et ses « Faiseurs de son » sur la scène du JZ festival de Shanghai (où il représentait « Jazz à Juan ») lui donne envie de continuer ce partage musical à Juan cet été, et autour du monde par la suite.

« French man in Shanghai », Gauthier Roubichou écume les continents depuis plus de quinze ans, notamment l’Asie, et la Chine où il vécut douze ans et a rencontré ses acolytes actuels. Il est revenu s’installer en France en 2014 et y a fondé en 2015 le collectif « les Faiseurs de son ». Une technique sans failles et la cohérence de sept musiciens complices donnent au trio entrain communicatif, musicalité et de bons moments de partage avec le public.
Soirée ville d'Antibes, entrée sur invitation.

FRENCH QUARTER
La nouvelle vague du jazz français dans toute sa splendeur, son inventivité, sa fougue, son talent, sa brillance... Un octet propre à susciter l’enthousiasme avec la désormais incontournable trompettiste Airelle Besson, les saxophonistes Emile Parisien et Baptiste Herbin, l’accordéoniste Vincent Peirani, le pianiste Thomas Enhco, le bassiste Sylvain Romano, le chanteur Hugh Coltman et la batteuse Anne Paceo.

Sacré kaléidoscope de tout ce qui se fait de mieux en la matière ! Tant il est vrai que le jazz français vit
actuellement un formidable renouveau. Jamais la nouvelle scène jazz hexagonale n’aura été aussi créatrice,
dynamique et tournée vers le monde. Un concert d’anthologie...

Concert offert par la ville d'Antibes, entrée sur invitation.

Samedi 15 juillet - 19:30

LES BEST OF DU OFF
Près de 100 musiciens dans les rues et sur les places d’Antibes et de Juan-les-Pins, des milliers de spectateurs ne cachant pas leur joie de vivre et de partager le jazz sous toutes ses formes...

Durant cette soirée, dans la droite lignée de la folle parade de Sidney Bechet dans les rues d’Antibes, les jazz, tous les jazz, se répandront et se répondront dans la cité, de la place De-Gaulle à la petite pinède, de la promenade du Soleil au boulevard d’Aguillon.

****************************

Dimanche 16 juillet - 20:30

JOHNNY GALLAGHER & THE BOXTIE BAND
Johnny Gallagher rayonne littéralement sur scène ! Sa voix expressive, son agilité et sa singulière technique instrumentale donnent à ce « Guitar Hero » une présence unique et indéfinissable. Autour du guitariste à la casquette et à la barbe monumentale façon Che Guevara, ses deux frères: James à la basse et Pauric aux claviers, le seul non-Gallagher étant le batteur Michael Christie.

TRIO PONTY - LAGRÈNE - EASTWOOD
Une manière unique de recomposer les couleurs propres à la contrebasse, à la guitare et au violon.

L'histoire du jazz n'a fait que peu de place pour les trios d'instrumentation cependant, bien que l'héritage de Django Reinhardt soit encore lisible dans le jeu prodigieusement intuitif de Biréli Lagrène qui s'est depuis longtemps métissé avec d'autres genres musicaux, ce groupe inédit affiche clairement son appartenance au XXIe siècle : Jean-Luc Ponty est en effet l'inventeur du violon moderne et occupe toujours une place prépondérante dans l'innovation autour du violon. Quant à Kyle Eastwood l'évolution de son jeu de contrebasse au sein de son propre groupe et la polyvalence rare dont il fait preuve quel que soit l'environnement qu'il se choisit, en font le partenaire idéal pour fonder le rythme, tracer l'harmonie et dialoguer d'égal à égal avec le violon et la guitare dont les rôles sont, dès lors, interchangeables.

Ancré dans un swing acoustique résolument contemporain qui ne se refuse pas quelques incursions plus groovy, virtuose et lyrique, intensément musical, le trio à cordes Ponty – Lagrène - Eastwood constitue l'un des projets musicaux les plus excitants et prometteurs de l'été 2017.

BUDDY GUY
Un certain Jimi Hendrix, alors inconnu, le suivait à la trace avec son magnéto pour l’enregistrer lors de ses concerts. Buddy Guy est une légende vivante de la grande période du blues électrique. Vénéré par Eric Clapton, qui voit en lui « le meilleur guitariste de tous les temps », ce Louisianais flamboyant s’est imposé comme l’une des figures dominantes du blues contemporain. Son dernier album « Born To Play Guitar » s’est classé d’emblée à la première place des ventes d’albums de Blues. Une nouvelle réussite due en partie aux
nombreuses collaborations de qualité avec, entre autres, Van Morrison, Joss Stone et Billy Gibbons.

****************************

Lundi 17 juillet - 20:30

LUKE ELLIOT
Son développement artistique s'apparente à celui des songwriters d'antan, ceux qui ont dédié toute une vie à écrire et façonner leurs chansons. Une voix spéciale, crépusculaire, profonde, un étrange mélange de Johnny Cash et d’Harry Connick Jr, un lumineux « dark-crooner » de la guitare folk en quelque sorte.

Auteur, compositeur, interprète (outre la guitare, il joue aussi du piano), sa voix rauque chante la mélodie de l'Amérique avec une désinvolture toute particulière ; son regard sombre, ses costumes noirs reprennent les dress-codes des grands (« Dressed For The Occasion », comme le dit d’ailleurs la pochette de son nouvel opus). Il est vrai que l’alchimie prend immédiatement tant il incarne ses compositions avec conviction.

TAJMO : TAJ MAHAL & KEB'MO' BAND
Tous deux ont le blues dans le sang, c’est là qu’ils se sentent en pleine liberté.

Taj Mahal traverse le temps avec une curiosité et un talent qui font de lui un manitou emblématique, une exception culturelle. Il est passé en lisière du gospel, et aux confins du reggae. Mais toujours avec le blues chevillé à l’âme et au cœur. Au cours d’une carrière prolifique, Taj Mahal aura ficelé plus de 35 albums opérant la fusion du blues, du zydeco, des musiques caribéennes, africaines, indiennes, du Pacifique Sud et autres éléments musicaux glanés lors de ses voyages à travers la planète. Il est l’un des derniers
géants du blues, qu’il sert de sa voix puissante et par son jeu de guitare authentique.

Auteur-compositeur, Keb' Mo' chante dans un style contemporain marqué de touches soul et folk, s'accompagnant tout aussi bien à la guitare acoustique qu'à la guitare électrique. Il a cet air nonchalant des grandes stars qui jouent au-dessus de la mêlée. Mais qu’on ne s’y trompe pas, sa musique vous prend aux tripes. Keb' Mo' s’illustre également au cinéma, grâce entre autres aux films de Martin Scorsese et Wim Wenders consacrés au blues.

TOM JONES
Tom Jones est bien une légende vivante. Un showman icône dont la profession a débuté à l’aube de la musique populaire moderne et dont la carrière d’enregistrement est toujours aussi vitale aujourd’hui. Bien que connu pour ses tubes dont « It’s Not Unusual », « What’s New Pussycat? », « Thunderball », « Delilah », « I’ll never fall in love again » et « She’s a lady », il est avant tout un artiste véritablement blues et soul dans l’âme. Il a vendu plus de 100 millions d’albums tout au long de sa carrière durant six décennies et à l’âge de 76 ans, il a obtenu ses meilleures critiques pour ses opus les plus récents, « Long Lost Suitcase », « Spirit In The Room » et « Praise & Blame ».
Véritable « touche-à-tout » de la musique populaire, l’immense Tom Jones, superbe baryton à la voix d’or et au timbre immédiatement reconnaissable, s’est attaqué à tous les genres : pop, rock, swing jazz, disco, country, et a interprété un large éventail d’auteurs compositeurs aussi divers que les Beatles, Prince, Chuck Berry, Gilbert Bécaud, les Rolling Stones et Van Morrison. Sans oublier de superbes duos avec tout ce que le monde compte de voix, à commencer par la grande Ella Fitzgerald. Elu artiste du millénaire par le magazine Rock & Folk, ladies and gentlemen : This is Tom Jones!

****************************

Mardi 18 juillet - 20:30 
Pour les soirées du 18 et du 21, un billet combiné est mis en place : 25% de réduction sur chaque soirée.
Offre non cumulable avec les autres tarifs réduits.


WAYNE SHORTER QUARTET
Unanimement considéré comme l’un des deux plus grands saxophonistes vivants avec Sonny Rollins, mais aussi et surtout comme l’un des meilleurs compositeurs de l’histoire du jazz, Wayne Shorter appartient à l’aristocratie de ces rares improvisateurs qui ont désiré et su graver dans l’inoubliable les traces de l’éternel éphémère. Considéré comme le disciple à la fois le plus proche et le plus libre de Coltrane, il a très vite fait figure d’avant-gardiste, assurant en douceur la transition entre le « hard-bop » et le « free» en devenir.

Avec lui, le jazz est un mouvement perpétuel, brassant furieusement les idées, les concepts, les innovations.

BRANFORD MARSALIS QUARTET FEAT. KURT ELLING
Fils aîné d'un célèbre clan jazzistique américain, Branford Marsalis est parvenu à parapher sa propre signature musicale. Son esprit novateur et sa généreuse polyvalence l'ont amené à s’illustrer dans nombre de genres musicaux, du jazz à la pop en passant par la musique classique, et ce toujours avec le même bonheur.
Depuis ses débuts, il a accompagné de grandes pointures comme Art Blakey, Miles Davis, Dizzy Gillespie, Herbie Hancock, Sonny Rollins et Sting.
Kurt Elling appartient à un tout petit monde : celui de ces virtuoses dans la lignée de Sinatra, que les doigts d’une seule main suffisent à compter, maîtrisant à perfection le scat, le swing et l'art de la scène, lui permettant ainsi d'improviser sur n'importe quel thème.
Adeptes d'un jazz extraverti, swinguant, juvénile et pourtant bien arrimé à la tradition, le saxophoniste de la Nouvelle-Orléans et le chanteur de Chicago sont faits pour s'entendre. De fait, la conversation qu’ils établissent est d’une profondeur impressionnante. Leurs joutes brillantes, imprévisibles, ardentes, fougueuses ne sont pas sans rappeler les « battles » d'antan, quand la voix au timbre musclé et la sonorité moelleuse du sax se mélangent tout au long d’une interprétation « punchy » et pleine d'humour, d’émotion contenue et de grâce élégante.

****************************

Mercredi 19 juillet - 20:30

MACY GRAY
Elle malaxe somptueusement soul, pop et hip-hop, nous laissant le cœur en vrille et les jambes en vrac. Petite, chambrée par ses camarades sitôt qu’elle ouvrait la bouche, Macy Gray préférait se taire, gardant sa voix dans le refuge de son grand corps étrange. Mais quand elle sort, en 1999, On How Life Is, son premier opus, c’est l’énorme carton avec le tube I Try .
Cette femme sculpturale au look exubérant, moitié hippie chic et moitié diva choc, à la voix et à la vie éraflées, captiverait son public même si elle chantait le Bottin du jazz. Avec elle, le spectacle est partout, sitôt qu’elle pose le pied sur scène, où sa voix rauque et unique en son genre accentue le côté sexy et débridé de ses chansons bourrées d’allusions coquines. Pas besoin d’étiquette : son timbre suffit amplement pour allumer le feu dans la foule.

GREGORY PORTER
Gregory Porter, après avoir attendu patiemment son heure de gloire sur les scènes de comédies musicales, s’est imposé en trois ans, à la force d’un timbre exceptionnel hérité de la tradition gospel et de l’écoute amoureuse de Nat King Cole.
Chacun se souvient de sa superbe prestation l’été 2014 sur la scène de « Jazz à Juan », et de son duo inoubliable avec Stevie Wonder. Sa voix, évoquant tout autant les crooners mythiques que les grands interprètes de la soul, est de celles qui ne s’oublient pas, remplissant l’espace mais dialoguant tout aussi aisément avec les instruments qui l’accompagnent. D’autant que ce baryton tout en subtilité, est aussi un compositeur habile assumant magistralement la jonction entre jazz et soul et se révélant sur scène un remarquable show-man, aussi sensible que généreux.

****************************

Jeudi 20 juillet - 20:30

HIROMI DUO FEATURING EDMAR CASTANEDA
Hiromi, phénoménale ambidextre développe une musique brillante. Fascinante et dérangeante, bardée de prix et de récompenses, capable de jouer Mozart ou Rachmaninov à l’envers, elle sait aussi s’abstraire de son exceptionnelle virtuosité et s’exprimer avec sobriété. Sa dextérité au clavier, la vivacité qui caractérise son jeu spectaculaire produisent une fusion tout simplement explosive.
A ses côtés, Edmar Castañeda... En quelques années, il est devenu l’un des rénovateurs les plus influents de l’art de la harpe, insufflant à son instrument un vent d’infinie modernité, à grands coups de sonorités latines et africaines. Cet artiste colombien, parmi les plus originaux de la scène new-yorkaise actuelle, a conquis l’Amérique et le reste de la planète avec sa maîtrise révolutionnaire de cet instrument, encore (trop) rarement associé au jazz. Derrière le sourire timide du prodige se cachent l’ivresse du génie, la grandeur du visionnaire, la folie du révolutionnaire.

STING
57th & 9th, douzième album solo de Sting, premier projet pop-rock depuis une décennie, est sorti à l'automne dernier. Cette album de dix titres représente une grande diversité des styles et compositions, allant du tapageur single porté par la guitare, I Can’t Stop Thinking About You à l'explosif Petrol Head en passant par 50,000, hommage à ses amis disparus. L’album, a été enregistré, à New-York, en l’espace de quelques semaines avec ses collaborateurs de longue date, Dominic Miller et Vinnie Colaiuta (batterie), ainsi que le batteur Josh Freese (Nine Inch Nails, Guns n’ Roses), le guitariste Lyle Workman et les chœurs du groupe mexicain, The Last Bandoleros.
Sur la tournée 57th & 9th, Sting sera accompagné par un groupe de trois artistes : Dominic Miller, son guitariste de longue date, Josh Freese (drums) et Rufus Miller (guitare).

 

****************************

Vendredi 21 juillet - 20:30
Pour les soirées du 18 et du 21, un billet combiné est mis en place : 25% de réduction sur chaque soirée. 
Offre non cumulable avec les autres tarifs réduits.


SHABAKA & THE ANCESTORS
Acteur incontournable de la scène jazz underground londonienne, Shabaka Hutchings assène une nouvelle vision de la créativité jouissive de cette nouvelle génération sans concessions artistiques, qui réinvente ses influences avec une virtuosité et une énergie sans pareilles. Le saxophoniste, après avoir bousculé les codes du jazz s’avère boulimique de musiques, multipliant projets cosmiques et déflagrations sonores.
Retour aux sources avec « Wisdom Of Elders » (la sagesse des anciens), retour vers l’Afrique, qu’il reconnaît comme source matricielle ; une vision unique d’un jazz porté par ses racines noires, avec une énergie scénique détonante, générant des pulsations qui rappelleront de bons souvenirs aux adeptes du jazz des 70’s.

ROBERT GLASPER EXPERIMENT
Ce musicien afro-américain à la technique mirobolante avait mis en 2007 les jazzophiles sur le séant, greffant au trio classique piano/contrebasse/batterie, des figures rythmiques du hip hop ou de l’électro. Grâce notamment à des collaborations remarquées avec Mos Def, Q-Tip, Kanye West, Jay-Z ou Common, Robert Glasper, avec son « Glasper Experiment », a remporté pas moins de deux Grammys pour le meilleur album R‘n’B. 
Mais au moment où certains musiciens remettent en question le terme même de jazz, Glasper le revendique, avance résolument vers le jazz de demain, avec intégrité et surtout une prolifique créativité. A 39 ans et une carrière de plus d'une vingtaine d'années déjà, il explore de nouveaux territoires.


ARCHIE SHEPP
Compositeur, pianiste, chanteur, dramaturge et poète engagé, griot militant pour la défense des droits civiques des Noirs, Archie Shepp, archi-grand chancelier du sax, légende vivante du jazz, revient sur la scène de Jazz à Juan, où il se produisit pour la première fois en 1970.
Archie Shepp a grandi à Philadelphie, où il a connu le trompettiste Lee Morgan, du même quartier. C’est le saxophoniste Jimmy Heath qui l’a initié à cet instrument, mais c’est surtout le jeu de John Coltrane qui l’a le plus fasciné et qu’il a le plus écouté au cours de sa vie. A New York, il devient l’un des leaders et fondateurs du free jazz avec Ornette Coleman, Sun Ra et Cecil Taylor. Très actif dans les années 1960, Archie
Shepp s’est toujours illustré, au travers d’une longue carrière controversée, par son engagement politique et par son attachement au blues. « Je suis jazz, c’est ma vie », confie-il.

****************************

Samedi 22 juillet - 20:30

KANDACE SPRINGS
Les grandes figures d’antan, les courants musicaux d’autrefois ont marqué l’histoire, mais parfois, une étoile naît et magnifie ce prestigieux héritage culturel...
La chanteuse, compositrice et pianiste de Nashville, Kandace Springs, âgée de 27 ans, s’inspire de ses héros comme Billie Holiday, Ella Fitzgerald, Nina Simone, Roberta Flack et Norah Jones, sans jamais les imiter.
Repéré par le regretté Prince, elle a été invitée à jouer avec lui au Paisley Park pour le 30ème anniversaire de Purple Rain : un beau démarrage pour la carrière de Kandace.
Les onze chansons que composent son nouvel album Soul Eyes sont toutes de sa composition. La soul, le jazz et la pop sont tous les styles qui l’ont inspirés pour composer cet album.

ANOUSHKA SHANKAR
Fille du légendaire compositeur et virtuose Ravi Shankar, Anoushka Shankar a joué et étudié le sitar avec lui depuis l’âge de neuf ans. A seulement treize ans, elle fait ses débuts sur scène à New Delhi et découvre les joies du studio en participant au disque In Celebration. Devenue référence de la musique indienne classique, Anoushka Shankar a décidé de suivre la démarche paternelle lorsqu’il confronta son art, dans les années 1960, aux musiques blues-rock anglo-saxonnes. C’est ainsi qu’on l’a vue partager la scène d'artistes aussi divers que Herbie Hancock ou Madonna, s’offrir des collaborations prestigieuses : Sting, Joshua Bell, Lenny Kravitz, ou Thievery Corporation.
Land of Gold, son quatrième opus, exprime sa réaction face au sort tragique et injuste des réfugiés et des victimes de la guerre, explore les thèmes de la déconnexion et de la vulnérabilité. Elle évoque des nuances d’agressivité, de colère et de tendresse tout en incorporant des éléments stylistiques de minimalisme
classique, de jazz, de musique électronique et de musique classique indienne. Un sublime message de paix et d’espoir, doté d’une poésie et d’une sensibilité infinie…

JAMIE CULLUM
En 2006, il avait submergé de joie Jazz à Juan. Depuis, avec de nombreux prix et plus de dix millions d’albums vendus à travers le monde, Jamie Cullum est devenu une figure emblématique du jazz international. De Séoul à Sao Paulo, de Hambourg à Hollywood, où il a collaboré avec Clint Eastwood pour le film « Gran Torino », il impressionne par son habilité à puiser dans tous les styles sans vraiment se perdre, mélanger subtilité du jazz et évidence de la pop, fédérer les genres en abattant avec une réussite indéniable ces cloisons parfois obsolètes qui restreignent notre univers musical.
Jamie Cullum ne renie pas son amour immodéré pour les standards éternels du jazz, mais ne renonce pas pour autant à sa volonté de briser les classiques, faire partager sa passion, quitte àdéranger l'ordre du jazz en y introduisant sa modernité. Le voir en concert, c’est assister à un vrai show où il offre un jazz survolté.
Sa voix tout à la fois chaude et rauque, son toucher de piano funky, son groove très nerveux déchaînent l’enthousiasme d’une foule où la jeunesse est là et bien là. Du début à la fin, un talent, une énergie, une générosité, une drôlerie, une gentillesse, une tendresse sans égales aujourd’hui dans le monde de la pop- jazz.

****************************



Dimanche 23 juillet - 20:30

BLIND BOYS OF ALABAMA
Voilà plus de 70 ans que Jimmy Carter entonne des airs gospel au sein des « Blind Boys of Alabama ». Chanter, c'est ma mission. Je crois que c'est ce que Dieu voulait que je fasse et c'est pourquoi il a pris ma vue.» Jimmy Carter est le seul membre fondateur des « Blind Boys of Alabama » encore en scène, ce qui n'empêche pas cette prestigieuse formation de sillonner le monde avec, à sa tête, trois chanteurs non-voyants.
La petite histoire de nos Blind Boys remonte à 1939, lorsque le très jeune Jimmy et ses complices de l'époque joignent une chorale à l'Institut pour aveugles noirs de Talladega. Un jour de 1948, le groupe se mesure à un choeur du New Jersey à l'occasion d'une amicale « battle ». Pour attirer le public, le D.J. des lieux a décidé de baptiser ladite joute «Bataille des Blind Boys». Le nom est resté. La vocation gospel aussi. Au fil des ans, les Blind Boys, détenteurs de cinq Grammy Awards, ont chanté avec un nombre impressionnant d'artistes de diverses allégeances stylistiques (Tom Waits, Tom Petty, Charlie Musselwhite, Allen Toussaint, Bonnie Raitt, Peter Gabriel...) Sans jamais déroger à leur règle, résumée par Carter : « Si d'autres veulent se convertir au R‘n’B, pas de problème, mais les Blind Boys seront toujours un groupe de gospel.»

Soirée ville d'Antibes. Entrée libre.

 *********************************************************

Toute la programmation  http://www.jazzajuan.com/fr-fr/programme2017.aspx

 

Billetterie/Tarifs
Réserver en ligne http://ticketing.antibesjuanlespins.com/
Le tarif « réduit » (indisponible sur Internet) est destiné aux jeunes de –18 ans, aux étudiants et aux détenteurs de la carte LOL1625 (sur présentation d’un justificatif) dans la limite des places disponibles dans les catégories de places concernées. Merci de contacter Laurence.

Pour les soirées du 18 et du 21, un billet combiné est mis en place : 25% de réduction sur chaque soirée. Offre non cumulable avec les autres tarifs réduits.

Les places Carré d’Or : accès à la pinède par la porte V.I.P., puis accès aux chaises situées juste devant la scène avec des hôtesses placeuses dédiées, sièges houssés, places face à la scène et à moins de 20 mètres, avec une vue dégagée de la scène.

 

+ d'info http://www.jazzajuan.com/fr-fr/billetterie.aspx

 

 

wordpress themesjoomla themes
2017  French Riviera Tendances   globbers joomla template
2017  French Riviera Tendances
Hébergé par Webstore /// Maintenance : Ayreon-Seven Communication