Le Festival du livre Nice 2021
Le Festival du livre
Du 17 au 19 sept. 2021 - Nice

Le Festival du livre
Du 17 au 19 septembre 2021, Nice ouvrira grand ses portes aux auteurs et aux lecteurs pour l’un des plus beaux rendez-vous du livre de 2021.

le Festival du livre Nice 2021- bandeau

Reporté en raison de la situation sanitaire, la 25ème édition du Festival du Livre de Nice accueillera tous les amis des livres.

Après de longs mois en huis-clos, les grands lecteurs et les petits bouquineurs, les passionnés de romans, les dévoreurs de BD, les amateurs d’essais, de biographies historiques, de people, de littérature de voyage, et très particulièrement cette année de récits d’aventure, vont enfin pouvoir se retrouver.

 

Programme des rencontres, débats et conférences
Plus de 200 écrivains célèbreront le livre, trois jours durant.

Jeudi 16 septembre
Amélie Nothomb
16h > Centre Universitaire Méditerranéen (CUM)
Premier sang (Albin Michel), animé par Laurence Lucchesi, journaliste (Nice-Matin)
À l’issue de cette rencontre, l’auteur dédicacera ses ouvrages

Le Forum des auteurs
> 17, 18 et 19 septembre, Jardin Albert 1er
Le Forum des auteurs propose en continu des interviews d’auteurs et des débats animés par des modérateurs programme détaillé sur lefestivaldulivredenice.com

 

Vendredi 17 septembre
Rencontre avec Maud Fontenoy
10h15 > Forum des auteurs (Jardin Albert 1er)
Ambassadrice auprès du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse pour l’éducation à la Mer et les classes de Mer, Présidente de la Maud Fontenoy  Foundation, autour de son dernier ouvrage La Mer au secours de la Terre (Belin), animée par Patrice Zehr

Sophie Makariou
15h > Lycée Masséna , Le partage d’Orient (Stock), animé par Philomène Claude Longo
Jacques Julliard
16h > Kiosque à musique (Jardin Albert 1er)
Carnets inédits 1987-2020. Histoire, politique, littérature (Bouquins), animé par Franz-Olivier Giesbert, journaliste (La Provence, Le Point)

Camille de Peretti
16h > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
Les rêveurs définitifs (Calmann-Lévy), animé par Lorène Majou

Alessandra Sublet
16h > Scène des Trois Grâces (Jardin Albert 1er)
J’emmerde Cendrillon (R. Laffont), animé par Lilas Spak

Irène Frain
16h15 > Lycée Masséna
Un crime sans importance (Seuil), animé par Philomène Claude Longo

Didier van Cauwelaert
16h30 > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
Le pouvoir des animaux (Albin Michel), animé par Lorène Majou

J.M.G. Le Clézio
17h > Kiosque à musique (Jardin Albert 1er)
Le flot de la poésie continuera de couler (Philippe Rey), animé par Franz-Olivier Giesbert

David Lisnard
17h > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
La culture nous sauvera (L’Observatoire), animé par Agathe Fourgnaud

Rencontre-lecture Anne Parillaud
17h > Bibliothèque Louis Nucéra
Les Abusés (R. Laffont), animée par Aurélie de Gubernatis

Une certaine idée de l’archéologie
17h > Scène des Trois Grâces (Jardin Albert 1er)
Avec Fabien Blanc-Garidel, Alain Grandieux, Jean-Paul Potron et Stéphane Morabito

Agir ensemble contre l’illettrisme : une aventure collective
17h45 > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
Avec Jean Siccardi, Laurence Buffet (Centre Ressources Illettrisme), Stefanette Flandi (Épilogue) et Abdelaziz Nouaré (ambassadeur témoin), animé par Jean-Luc Gagliolo, Adjoint au Maire de Nice

Lecture musicale
18h > Scène des Trois Grâces (Jardin Albert 1er)
Et maintenant j’attends (L’Aigrette) Sabine Venaruzzo (poésie et voix), accompagnée par Lilia Kassab (oud)

 

Samedi 18 septembre

Le roman dans tous ses états
11h > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
avec Claire Castillon et Xavier de Moulins, animé par Antoine Boussin

La dictée pour les Nuls
11h > Opéra de Nice
Proposée par le professeur Julien Soulié et les éditions First, la dictée sera lue par l’écrivain Irène Frain
Inscriptions jusqu’au 14 septembre par courriel à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Remise des prix le 18 septembre à 18h30 (Forum des auteurs)

Marie Drucker
11h30 > Scène des Trois Grâces (Jardin Albert 1er)
En forme (Michel Lafon), animé par Lilas Spak

Zoé Valdés
11h45 > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
Les muses ne dorment pas (Stock), animé par Antoine Boussin

Michel Onfray
14h > Kiosque à musique (Jardin Albert 1er)
L’art d’être français (Bouquins), animé par Franz-Olivier Giesbert

Philippe Torreton
14h > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
Une certaine raison de vivre (R. Laffont), animé par Antoine Boussin

Akli Tadjer
14h15 > Scène des Trois Grâces (Jardin Albert 1er)
D’amour et de guerre (Les Escales), animé par Lorène Majou

Adélaïde de Clermont-Tonnerre
14h30 > Hôtel Aston La Scala
Les jours heureux (Grasset), animé par Agathe Fourgnaud

Andreï Makine
14h30 > Lycée Masséna
L’ami arménien (Grasset), animé par Philomène Claude Longo

Guillaume Sire
14h45 > Scène des Trois Grâces (Jardin Albert 1er)
Les contreforts (Calmann-Levy), animé par Lorène Majou

Grégoire Delacourt
15h > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
L’enfant réparé (Grasset), animé par Antoine Boussin

Éric-Emmanuel Schmitt
15h30 > Kiosque à musique(Jardin Albert 1er)
La traversée des temps T1 (Albin Michel), animé par Lorène Majou

Vladimir Fédorovski
15h30 > Hôtel Aston La Scala
Amour et inspiration (Balland)

Laurent Seksik
16h > Lycée Masséna
La folle épopée de Victor Samson (Flammarion), animé par Philomène Claude Longo

Franz-Olivier Giesbert
16h > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
Rien qu’une bête (Albin Michel), animé par Agathe Fourgnaud

Lionel Duroy
16h15 > Bibliothèque Louis Nucéra
L’homme qui tremble (Mialet-Barrault), animé par Antoine Boussin

Rencontre-lecture Astrid Veillon
16h30 > Scène des Trois Grâces (Jardin Albert 1er)
Pourquoi nous ? (Plon), animée par Lilas Spak

Boris Cyrulnik
16h30 > Kiosque à musique(Jardin Albert 1er)
Des âmes et des saisons (Odile Jacob), animé par Emmanuel Kherad (France Inter)

 

Dimanche 19 septembre

Nathalie Saint-Cricq
11h > Espace Débats (Jardin Albert 1er)
Je vous aiderai à vivre, vous m’aiderez à mourir (L’Observatoire), animé par Lilas Spak

Marek Halter
14h30 > Kiosque à musique (Jardin Albert 1er)
Un monde sans prophètes (Hugo Doc)

Noëlle Châtelet
14h30 > Espace Débats(Jardin Albert 1er)
Laisse courir ta main (Seuil), animé par Antoine Boussin

Concert de l’Orchestre d’Harmonie de la Ville de Nice
17h > Kiosque à musique (Jardin Albert 1er)
Dirigé par François Léclaircie
Au programme : Carmen, Piaf, Charles Trenet, Yves Montand, La vie parisienne

 

Téléchargez le programme

 

******************************

Rendez-vous

Lundi 30 août :
Proclamation de Jean-Luc Barré lauréat à l’issue des délibérations qui se tiendront à la Villa Masséna à Nice.

Vendredi 17 septembre :
Le prix Nice Baie des Anges sera décerné par Christian Estrosi en ouverture de la 25e édition du Festival du Livre de Nice

******************************

 

Les romans en lice pour le 25ème Prix Nice Baie des Anges

Huit romans ont été sélectionnés par les membres du jury du prix Nice Baie des Anges réunis à la Bibliothèque Romain Gary, le lundi 14 juin, pour le rendez-vous annuel du prix littéraire de la Ville de Nice dédié au roman. Parrainé et doté par la Ville de Nice, ce prix, qui célèbre son quart de siècle, récompense un roman paru dans les douze mois précédant le Festival du Livre de Nice. Le prix Nice Baie des Anges sera attribué au lauréat(e) 2021 fin août, puis remis le vendredi 17 septembre par Christian Estrosi, Maire de Nice, lors d'une cérémonie officielle en ouverture de la 25e édition du Festival du Livre qui se tiendra du 16 au 19 septembre 2021 sous le thème « Une certaine idée de la France », avec pour invité d’honneur Jacques Julliard.

 

Composition du jury 2021 présidé par Franz-Olivier Giesbert

  •     Paule Constant, de l’académie Goncourt
  •     Irène Frain
  •     Aurélie de Gubernatis
  •     Didier van Cauwelaert
  •     Laurent Seksik
  •     Jean-Luc Gagliolo (Adjoint au Maire de Nice)
  •     Nicolas Galup

Un jury populaire de dix lecteurs, amoureux des livres et des mots, est également associé aux délibérations.

 

 

La sélection

FRANZ-OLIVIER GIESBERT, Président du Jury : Le corps d’origine, Jean-Luc Barré (Grasset)
Familier des milieux du pouvoir, Jean-Luc Barré brosse dans Le corps d’origine le tableau saisissant d’un monde politique gangréné par l’imposture et l’hypocrisie. Il décrypte les mécanismes propres à ce genre d’affaires dont les exemples ne manquent pas dans l’histoire de notre république. Souvent les plus romanesques qui soient…

PAULE CONSTANT, de l’académie Goncourt : Le miel et l’amertume, Tahar Ben Jelloun (Gallimard)
Une jeune fille se suicide, la famille est dévastée. C’est en lisant son journal intime que les parents de Samia découvriront qu’elle a été abusée.
Leur regard sur leur entourage change, l’air est devenu irrespirable et le Maroc, terre du miel devient le pays amer des faux semblants.
La lumière viendra d’un jeune immigré africain qui ange bienveillant pansera les blessures.

IRÈNE FRAIN : Les Yeux de Milos, Patrick Grainville (Seuil)
La quête des origines est universelle. Demande éperdue de racines et d’assise : qui peut y échapper ? Il est rare cependant que cette passion des sources conduise à tenter d'élucider l'énigme de la beauté. Dans "Les yeux de Milos", de Patrick Grainville, le mystère fondateur est la capture de la lumière par les yeux. Pas ceux de son héros, Milos, qui sont pourtant magnifiques. Ce jeune paléontologue promène sa beauté comme un fardeau. Il préfère de loin celle qu'ont fait jaillir de leurs pinceaux les peintres dont les parcours, depuis toujours, le fascinent et l’obsèdent : ces fabuleux passeurs d'ombre et de lumière que furent Nicolas de Staël et Picasso.
Le livre de Patrick Grainville est à l'image de son héros. Quoi qu'il arrive à Milos, où que son métier et ses amours le conduisent, la Namibie, l'Indonésie, les grottes d'Altamira en Espagne, un musée londonien, l’irradiation du regard de ses peintres-culte vient se superposer à ce qu'il vit, et surtout à ce qu'il a vécu lors de son adolescence tourmentée à Antibes. Un roman somptueux et ambigu sur la façon dont l'art, à notre insu, peut façonner nos destins.

LAURENT SEKSIK : Et la peur continue, Mazarine Pingeot (Mialet Barrault)    
Avec son dernier roman Et la peur continue Mazarine Pingeot brosse le portrait poignant d’une femme brisée par l’angoisse du monde et dont rien ne semble parvenir à retenir la chute. Une peur qui fait résonner subtilement à la fois le passé de l’auteur et le présent du lecteur.

AURÉLIE de GUBERNATIS : Les trois vies de Suzana Baker, Philippe Amar (Mazarine)
Je relisais les conclusions du test ADN, je ne me reconnais plus, c’est comme si j’avais vécu 50 ans dans le corps d’une autre », c’est la remarque de Lauren Moore quand elle découvre le résultat d’un test banal qui s’avère bouleverser sa vie.
Pour son troisième roman, Philippe Amar nous propulse au cœur d’une histoire incroyable inspirée de son passé familial qui aborde les secrets de famille, le mystère des origines, la trahison et la résilience et nous amène à nous poser une question fondamentale : sommes-nous pleinement vivants sans notre passé ?

JEAN-LUC GAGLIOLO : L’enfer, Gaspard Koenig (L’Observatoire)
Un conte philosophique aquoiboniste ? Une interrogation drôle sur notre vie, sur notre nombril, sur notre monde de la consommation ? En tous cas une lecture rythmée où l’on découvre l’enfer sous une forme nouvelle et inattendue : un espace où tous les désirs sont satisfaits, où le plaisir règne en maître. Un rêve ou un cauchemar…

DIDIER van CAUWELAERT : Nés de la nuit, Caroline Audibert (Plon)
De la naissance à la mort (et même après...), l'itinéraire d'un loup du Mercantour vu par lui-même. Ses liens avec sa meute, la montagne, les humains...    
D'une écriture aussi précise que lyrique et sensuelle, la Niçoise Caroline Audibert (prix 30 Millions d'Amis pour son essai "Des loups et des hommes"), nous fait partager dans ce premier roman le regard de ce fauve insaisissable auquel elle voue sa vie. "Ce loup, dit-elle, qui a commencé à écrire une langue en moi, une langue animale qui m'a réappris le monde..."
C'est si réussi qu'une fois la lecture achevée, on a un peu de mal à regagner l'univers des humains.

NICOLAS GALUP : La vie légale, Dominique Dupart (Actes Sud)
La vie légale est une fresque sociale. Une fresque de notre époque post 11 septembre 2001 où vivre est synonyme, pour certaines, de grisaille, de frontières, de lignes de crêtes et d’angoisse. Certaines ? Car les quatre personnages principaux sont des femmes qui nous emmènent dans une France (le Nord) qui galère mais qui frémit.  

 

******************************

Lauréat du Prix Baie des Anges 2021 : Jean-Luc Barré

La vingt-cinquième édition du prix Nice Baie des Anges a couronné, le 30 août 2021, Jean-Luc BARRÉ pour son roman Le Corps d’origine, paru aux éditions Grasset.

Depuis le début de sa carrière politique, Guillaume Roussel a triché sur presque tout : l’argent, le sexe, les idées. Tout est usurpé dans son image publique, à commencer par la rigueur des principes et la fidélité aux valeurs dont il se réclame. Leader d’une droite qui se veut dure et sans concession, Guillaume Roussel s’est doté, au fil du temps, du profil adéquat : défenseur de l’ordre et de la tradition, gestionnaire sourcilleux, époux vertueux, chef de famille exemplaire, catholique de stricte obédience.
C’est ainsi qu’il a réussi, porté par une ambition débridée, à accéder aux plus hautes charges de l’Etat. Elu député à trente cinq ans, devenu ministre de l’Intérieur à cinquante ans, avant de s’emparer de Matignon quatre ans plus tard. Ce qu’on appelle un parcours sans faute...

A cinquante-huit ans, tout destine Guillaume Roussel à remporter la prochaine élection présidentielle quand il est mis en cause dans l’assassinat d’un prostitué marocain. Son nom est cité, parmi d’autres familiers du jeune homme, dans une lettre révélée après sa mort par un site d’investigation réputé pour ses enquêtes sulfureuses. Toute une partie de sa vie éclate au grand jour. On découvre, outre une bisexualité dont sa femme a toujours feint de ne pas s’apercevoir, sa connivence avec un des pourvoyeurs de fonds des milieux politiques et ses véritables origines idéologiques qu’il a reniées par opportunisme, pour prendre la tête d’un parti de droite, bien qu’issu de la gauche.

Piégé par son cynisme, ses mensonges et ses contradictions, Roussel devient l’homme à abattre pour tous ceux, le président sortant en tête, qui avaient détecté son double jeu. Convaincu de la protection que lui confèrent son « corps d’origine », l’ENA, et le fait de détenir sur les autres des secrets équivalents, il est cerné peu à peu par les révélations sur ses mœurs et ses mauvaises fréquentations. Il crie au coup monté, soupçonne très vite l’Elysée d’en être l’instigateur, mais sans parvenir à conjurer le scandale qui en résulte. Il perd une partie de ses soutiens, sa cote de popularité s’effondre. Impuissant à se défendre contre la calomnie, discrédité par les révélations qui s’accumulent, pris dans un engrenage apparemment sans issue, il se trouve de plus en plus isolé et à la merci de menaces judiciaires qui achèveraient de ruiner sa réputation et ses chances d’accéder à la fonction suprême. Seul un coup de théâtre pourrait lui permettre de se sortir d’affaire...

 

******************************

+ d'infos lefestivaldulivredenice.com

wordpress themesjoomla themes
2021  French Riviera Tendances   globbers joomla template
2021  French Riviera Tendances
Hébergé par Webstore /// Maintenance : Ayreon-Seven Communication