Articles - Financement Participatif ou Crowdfunding pour Brando (l'insoumis)

Financement Participatif ou Crowdfunding 
pour Brando (l'insoumis)

Montage photo de latoll de Tetiaroa et dun portrait de Superman Marlon Brando 

 

 

Brando (l'insoumis) titre-provisoire

 

CHRISTIAN PINSON et THIERRY GENOVESE deux compères fous de cinéma, se sont rencontrés dans le cinéma, sur les sets de la région dans diverses productions. Figuration, rôles et contact avec tous les domaines du 7ème art ont fait d'eux des passionnés, chacun de leur côté. Christian est photographe et pratique l'art de mettre en lumière et en boîte les plus grandes stars du monde, et ceci, depuis plus de 40 ans. Soit en Polynésie ou dans la région, ses incursions comme acteur de complément lui ont permis de converser avec les plus grands et d'autres encore. La technique aussi, comme photographe de plateau lui ont fait comprendre les moyens mis en œuvre pour que les images, les scènes des films soient parfaites et l'ont, depuis toujours énormément fasciné. Cascadeur, figurant, acteur de complément pour des rôles parlant souvent, la silhouette de Thierry Genovese lui a souvent permis de combattre, pour des scènes épiques des personnalités connues et mêmes plusieurs stars internationales.
Réaliser un documentaire pour deux acteurs de complément ou cascadeurs n'est certainement pas une chose facile et c'est pourtant le but de Thierry Genovese et Christian Pinson qui se sont lancés dans la création d' un site participatif de ''crowfunding'' afin de faire participer des donateurs qui leur permettront d'aboutir à leur projet. Mais, le côté technique de ce projet est aussi lancé, donc, ils ne laissent rien de côté, et ceci depuis plusieurs mois.

Le Financement Participatif ou Crowdfunding
que l’on pourrait traduire par le financement par la foule, est une autre façon pour les entreprises, les particuliers de récolter des fonds pour leur projets. Dans la plupart des cas, c’est l’association d’un grand nombre de personnes investissant un petit montant qui permettent aux porteurs de projets de trouver les fonds demandés. Ce mode de financement est également un moyen de fédérer le plus grand nombre de personnes autour de son projet.

 

Car le thème est de taille, pensez donc, Marlon Brando lui même en est le sujet, mais, pas trop de vouloir montrer le côté acteur, monstre sacré, tout le monde le connaît, mais, le côté humaniste et écologiste du célèbre acteur. Car, quand, en 1961 et 1962 tourne, en Polynésie ''Les révoltés de la Bounty'' il passe quelques jours à Tetiaroa pour quelque scènes, il y trouve un charme, et un endroit préservé plus qu'attirant. Tetiaroa, c'est une île, un atoll plutôt qui se trouve aujourd'hui, à quelques dizaines de minutes de vol de Tahiti et où règne, encore aujourd'hui, le silence, le calme et une nature plus que préservée. Même si un hôtel du nom de ''Le Brando '' y a été construit, le projet écologique de Marlon Brando y a été respecté, celui des années 66 lorsque l'acteur célèbre d' Hollywood l'a acheté pour y passer des moments de calme et de vie avec la nature. C'est un endroit totalement protégé et complètement respecté. Il tente, au départ l'élevage de homards pour lequel, il perd beaucoup d'argent. En 1982, il rappelait déjà que la demande en poissons et produits de la mer serait de plus en plus importante et prônait l'utilisation du vent et du solaire dont il se servait pour son hôtel et sa station de radio qui lui permettait de communiquer avec le monde entier. Et tout ceci en respectant les oiseaux, les tortues et tous autres habitants des arbres et du sable du lieu. On connaissait l'homme qui avait défendu les indiens, qui était contre l'apartheid en Afrique du sud, mais qui vivait au milieu de la végétation, beaucoup mois. Cet hôtel de 20 bungalows et 8 chalets, dans les années 70 et 80 respectera une zone réservée aux oiseaux de Polynésie, particulièrement ''les fous à becs ou à pattes rouges'' ou encore des kaveka tout en préservant le lagon alentour. Interdiction de chasser ou de ramasser les œufs des tortues, en 1982, le directeur de l'hôtel, M. Jean Philippe Ornett a sauvé 70 oeufs qui ont donné naissance au village à autant de bébés. Placés en ''nurserie'', dans des bacs en plastique, elles seront rendues à la mer, une fois assez fortes pour nager.
La création d'un centre de recherches, l'école université de sciences naturelles de Marlon Brando devait être un paradis pour tout le monde. Les trente ou quarante savants qui pourraient y travailler seraient de diverses nationalités. L'étude du milieu sous-marin, de la faune et de la flore, la vie de l'atoll tout entier se ferait avec ces scientifiques qui y donneraient des cours. Ne pas en faire un business a toujours été son idée, il voulait juste un enrichissement culturel pour tous. L'association de cette université avec d'autres organisations scientifiques telles que '' Le Musée de l'homme'' à Paris ou du Commandant Cousteau ou encore le Centre de Berkeley dont une antenne existe en Polynésie, depuis des dizaines d'années était déjà, dans les années 80, dans les projets de l'acteur américain.

Apocalypse Now et Francis Ford Coppola

Coppola propose le rôle de Kurtz à Brando qui, après bien des hésitations, finit par accepter en pour une somme de 3,5 millions de dollars. Le tournage commence en mars 1976. Mais Coppola connaît des difficultés financières et des retards, notamment à cause de Brando qui veut un intéressement sur les entrées du film. Lorsque Coppola arrive sur le lieu de tournage aux Philippines, Brando a énormément grossi et pèse plus de 110 kilos. Pour compenser son physique, Coppola décide de le filmer dans la semi-obscurité et en contre-plongée. Cela a pour effet d'accroître l'aura mythique du personnage et sa folie. Le film reçoit la Palme d'or du Festival de Cannes 1979. Les critiques voient dans le rôle du colonel Kurtz un parallèle à la carrière de Brando et ce qu'il est devenu, un personnage solitaire et perdu.


Il décède le 1er juillet 2004 à Los Angeles, en Californie, d'une fibrose pulmonaire. Ses cendres furent dispersées en partie à Tahiti et en partie dans la vallée de la Mort.
Soixante-cinq ans après, suite à une carrière au cinéma exceptionnelle et une vie privée aussi compliquée que le fut celle de sa famille, son rêve n'est pas resté lettre morte . L'hôtel ''le Brando'' a ouvert en 2014 et se trouve être l'endroit où les stars passent des moments d'union avec la nature, étant devenus tous écologistes, donc des émules du plus grand acteur de tous les temps. Brando l'insoumis est encore là, à travers ce joyau situé au milieu d'un lagon magnifique et fait partager son rêve.
En septembre 2015, deux acteurs de très grand talent se sont rendus dans son île et ont passé un super séjour, dans l'hôtel ''Le Brando''. Il s'agit de Léonardo Di Caprio et de Kevin Costner, qui, l'un avec sa fondation avait réuni, dans le sud de la France, lors de l'été 2015, en une seule soirée 42 millions de dollars pour aider la planète à ne pas être encore plus détériorée. Parallèlement à ses métiers dans le cinéma, Leonardo DiCaprio est donc également connu pour son fort engagement en faveur de l'écologie avec sa Fondation Leonardo DiCaprio. Il a lié ses deux activités en écrivant et produisant le film documentaire La 11e heure, le dernier virage, sur le thème du réchauffement climatique. Le 2ème, Kevin Costner se tourne vers l'écologie, depuis longtemps, puis à la suite de l'accident de la plateforme Deepwater Horizon. L'acteur avait défendu le 9 juin 2010 au Congrès des États-Unis l'efficacité d'une machine capable de séparer l'eau de mer du pétrole brut et dans laquelle il a investi plus de 20 millions de dollars après avoir été choqué par la catastrophe de l'Exxon Valdez en 1989.
La dernière question de Marlon Brando à un journaliste venu l'interviewer, en Mars 1982, fut celle-ci : '' Qu'en penses-tu Michel, peut-on sérieusement envisager une guerre atomique ?''. Le propos était redevenu grave et témoigne des préoccupations de l'acteur face à la pollution, au risque nucléaire, au choc des civilisations, au devenir de l'homme et de la terre. La star ne buvait pas l'eau minérale importée de Tahiti, ni le lait, ni le fromage, craignant les retombées radioactives de Mururoa, pourtant arrêtées depuis 1996, il préférait l'eau filtrée de son île.

Vous retrouverez dans l'adresse URL suivante, les modalités du ''crowfunding'' ouvert par Thierry Genovese et Christian Pinson
Cliquez ici https://www.helloasso.com/associations/gt-movies-production

 

Et pourquoi pas présenter, à Cannes, au festival 2016 dès cette année, les trois minutes du ''teaser'' qui sera très bientôt terminé.

 

RSS
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
Brando (l'insoumis)
 
 
Powered by Phoca Gallery
wordpress themesjoomla themes
2017  French Riviera Tendances   globbers joomla template
2017  French Riviera Tendances
Hébergé par Webstore /// Maintenance : Ayreon-Seven Communication