Articles - Histoire en 3 D "Couvent Saint-François de Nice" - sept. 2013

Histoire en 3 D "Couvent Saint-François de Nice"
sept. 2013


Place St-François

Place-Saint-Francois

Un retour en arrière en 3D.

Voici une restitution en 3D de l’ensemble patrimonial composé du Palais Communal, de l’église et du couvent des Franciscains tel qu’il se présentait entre le 13ème et le 18ème siècle.

Un peu d’histoire :
Jusqu’au 13e siècle, toute la ville de Nice est contenue sur la seule colline du Château. L’actuel Vieux-Nice est un vaste jardin, parsemé de chapelles et de moulins ;

Au milieu du 13e siècle, deux grands ordres religieux, à peine créés, s’implantent à Nice : les Dominicains, aux abords de l’actuel palais de justice ; les Franciscains, autour de ce qui allait devenir la place Saint-François ;

Au fil des siècles, ces deux grands ensembles vont marquer l’urbanisation et l’histoire de la ville basse. Leurs églises sont comme le Panthéon des grandes familles niçoises, les Caïs, les Grimaldi, les Lascaris, qui s’y font enterrer. Et leurs couvents, outre les religieux, reçoivent régulièrement les voyageurs de marque : ainsi, au couvent des franciscains, le pape, lors de son séjour à Nice en 1405-1406, le duc de Savoie Charles II dans les années 1530, et son fils Emmanuel-Philibert dans les années 1559-1560

L’ensemble franciscain, commencé en 1251, se compose d’une église, d’un couvent avec son cloître (actuel Aigle d’Or et immeubles voisins, le jardin du cloître étant la cour intérieure du nettoiement) et d’un cimetière (actuelle partie ouest de la place Saint-François).

Ces bâtiments seront agrandis et modifiés au cours des siècles suivants, mais la structure de base et son architecture médiévale en ogive est conservée ;

Au sud-est de ces bâtiments est ajouté, à compter de 1581, le Palais communal, où siègent les autorités municipales. Le bâtiment initial, très simple, est redécoré au 17e, au 18e et au début du 19e siècle. En 1868, il est délaissé pour l’actuelle mairie mais son architecture et sa décoration baroques sont conservées aussi.

Dans l’intervalle, en 1792, à la suite de l’entrée des Français à Nice, les Franciscains sont expulsés et l’église, le couvent et le cloître sont saisis et vendus comme biens nationaux. Ces bâtiments deviennent des entrepôts (l’église) ou des immeubles d’habitation (l’immeuble Bona et le couvent avec son cloître), voire un hôtel (l’Aigle d’Or). Mais leur structure est conservée, noyée dans des aménagements utilitaires.

Quant au cimetière, il est détruit et comblé : la croix qui ornait son centre est expédiée à Cimiez, où vous la voyez toujours, et sur son site, on crée une place, la place Saint-François.

A la même époque, le même sort a frappé l’église et le couvent des Dominicains, près de l’actuelle place du Palais. Confisqué et vendu, lui aussi, il est finalement détruit et on construit sur son emplacement le Palais de justice. De ce couvent là, il ne reste rien.

La redécouverte de ce patrimoine :
L’église et le couvent des Franciscains représentent donc le seul témoignage de la grande architecture médiévale de Nice. Quant au Palais communal, il est le seul palais baroque public qui nous soit parvenu, à peu près intact.

Leur existence a toujours été connue, mais cette connaissance réservée à un petit cercle d’érudits. Les parties publiques ont été remployées, comme le Palais communal, concédé au mouvement syndical en 1892. Les parties privées ont été utilisées au gré de leurs propriétaires (entrepôt, glacière, hôtel, cinéma), et souvent maltraitées jusqu’à ce qu’elles soient réintégrées dans le patrimoine communal, l’une après l’autre.

Aujourd’hui, nous disposons de la maîtrise foncière pour la totalité de l’ensemble. Une première étude archéologique du bâti a été réalisée sur le palais communal ; une deuxième, sur l’Aigle d’Or, en 2010 ; une troisième est prévue pour la place elle-même. Chacune de ces études exige d’être approfondie. Et chacune de ces études a confirmé ce qu’on ne savait que par les documents : les bâtiments originaux sont tous là, intacts, noyés dans les aménagements postérieurs, et n’attendent qu’une seule chose : retrouver leur splendeur initiale.

Cette représentation 3D montre ce que pourrait être la future mise en valeur de ce site unique de notre ville. Ces images ne sont pas des éléments définitifs du projet, une étude sera confiée à des spécialistes pour établir les principes d’aménagement de cet ensemble dans le respect de son histoire.

une Maison de la Mémoire Niçoise, qui sera le lieu adéquat pour évoquer, avec les technologies d’aujourd’hui, toute l’histoire de notre ville, tout au moins la partie qui, des Ligures au 19e siècle, est absente de la muséographie du musée Masséna.

A la rénovation globale de l’ensemble constitué par le Palais communal, l’église et le couvent des Franciscains, nous ajouterons celle de la place Saint-François :
- Le marché aux poissons et sa fontaine, qui forment l’âme du lieu, seront conservés, modernisés, assainis ;
- l’entrepôt du Nettoiement sera déplacé ;
- le stationnement et la circulation régularisés,
- les terrasses des établissements conservées et améliorées.


Autre article
http://fr.wikipedia.org/wiki/Couvent_Saint-François_de_Nice




Reportage photos Laurent Icardo
RSS
dsc01508
dsc01509
dsc01510
dsc01512
dsc01513
dsc01515
dsc01516
dsc01517
dsc01518
dsc01519
dsc01520
dsc01521
dsc01522
dsc01523
dsc01524
dsc01525
dsc01526
dsc01528
dsc01529
dsc01530
dsc01532
 
 
Powered by Phoca Gallery
wordpress themesjoomla themes
2017  French Riviera Tendances   globbers joomla template
2017  French Riviera Tendances
Hébergé par Webstore /// Maintenance : Ayreon-Seven Communication